Mamadou Antonio Souaré, président de la fédération guinéenne de football

A l’occasion de la célébration du 60ème anniversaire de la fédération guinéenne de football, son président, Mamadou Antonio Souaré, a fait une annonce inédite et inattendue dans son discours. « J’accorde l’amnistie à tous les anciens membres du bureau exécutif de la fédération » !

Tout d’abord, les lois guinéennes n’accordent qu’au président de la République les prérogatives de gracier ou d’amnistier un condamné. Or, il se trouve que la plainte de Mamadou Antonio Souaré n’a toujours pas été appréciée par la justice, elle est toujours pendante au tribunal de première instance de Kaloum. Même si Antonio Souaré se prenait alors pour Alpha Condé, il ne pouvait en aucune manière amnistier Salifou Camara, Ibrahima Blasco Barry et Morton Soumah dans la mesure où aucun tribunal n’a à ce jour établit la culpabilité de ces trois accusés de détournement de plus de vingt milliards de francs guinéens au préjudice de la fédération guinéenne de football.

On ne le dit pas souvent, mais il importe de noter qu’une accusation ne signifie pas nécessairement une culpabilité. C’est pourquoi, les accusés tiennent absolument à un procès qui leur permettrait de prouver leur innocence et de laver leur honneur et leur dignité.

A lire de près, on comprend aisément que Antonio Souaré n’a aucune maîtrise des textes qui régissent le fonctionnement de la fédération guinéenne de football. La réponse de Salifou Camara Super V à la note le suspendant en est une parfaite illustration.

Guineematin.com vous propose de lire les trois documents suivants :

Super V plainte Antonio Souaré

Décision 003 (Suspension Salifou CAMARA)

Lettre protestation

Salifou Camara Super V
Facebook Comments

Commentaires

Guineematin