Comme annoncé précédemment, le Front National pour la Défense de la Constitution appelle à une nouvelle manifestation de rue ce jeudi, 14 novembre 2019, à Conakry. Comme les deux précédentes, cette autre manifestation a été autorisée par les autorités. Mais, une polémique persiste cependant sur l’itinéraire, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Dès 9 heures, la mobilisation a commencé au rond-point de l’aéroport de Conakry, le point de départ de cette marche. Parmi les citoyens mobilisés à cet endroit en attendant l’arrivée des leaders du FNDC, une dame très engagée. « Ce combat est un combat pour tout le peuple de Guinée. Nous défendons notre constitution, l’avenir de la Guinée parce que monsieur Alpha Condé veut changer cette constitution pour s’octroyer un mandat à vie. Nous, le peuple de Guinée, nous disons NON à ce projet diabolique.

Nous ne demandons pas beaucoup de choses à monsieur Alpha Condé. Nous lui demandons tout simplement de renoncer à ce projet diabolique, de libérer les détenus, d’arrêter les tueries des Guinéens et de faire la justice pour les personnes tuées lors des manifestations. Depuis le début des manifestations du FNDC, on est presqu’à une à une vingtaine de personnes tuées par balles », dénonce Bah Mo Pita.

En ce qui concerne la polémique autour de l’itinéraire, cette militante du FNDC indique que les autorités n’ont pas raison. Mercredi soir, le gouverneur de Conakry a passé un communiqué à la télévision nationale demandant au FNDC de suivre l’itinéraire habituel. Mais, le FNDC a décidé malgré tout, de maintenir l’itinéraire initialement annoncé et qui consiste à aller du rond-point de l’aéroport jusqu’à l’esplanade du palais du peuple.

« Nous sommes de simples citoyens, nous sommes autorisés à marcher, nous marchons. L’autoroute n’est pas une propriété privée, nous marchons sur l’autoroute Fidel Castro, de l’aéroport à l’esplanade du palais du peuple. La constitution nous autorise à marcher sur toutes les voies que nous voulons. On ne fait pas de violence, nous faisons une marche pacifique », a laissé entendre la jeune dame.

A noter que cet appel à manifester paralyse déjà plusieurs activités dans une partie de la capitale guinéenne. La circulation est assez fluide sur la route le Prince et sur la tranversale Bambéto-Aéroport. Les commerces aussi sont pour la plupart fermés.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél : 00224 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin