Des commerçants de Siguiri sont très en colère contre le préfet, Colonel Moussa Condé. Ils l’ont fait savoir hier lundi, 24 juin 2019, en investissant le bloc administratif de la préfecture. Ils protestaient ainsi contre le soutien apporté par le préfet au maire qui les a dépossédés de leurs magasins, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Depuis plus de deux mois, le maire de la Siguiri, Koumba Sékou Magassouba, est à couteaux tirés avec 145 commerçants, dépossédés de leurs places alors qu’il y a un contrat de bail qui les lie à l’Etat pour une durée de 20 ans. Lors d’un meeting animé dimanche à Siguiri, le Colonel Moussa Condé a lancé des propos qui n’ont pas été du goût des commerçants qui ont déjà saisi la justice.

« Lorsque tu signes 20 ans de contrat de bail avec l’Etat et que tu fais 4 ans ou 3 ans, la démolition des magasins est une condition de résiliation du contrat de bail. Vous avez fait un bail de vingt ans avec l’Etat, vous avez fait quatre ans ou cinq ans, l’Etat a démoli les magasins, c’est fini. Le contrat prend fin », avait-il lancé.

Des propos qui n’ont pas laissé indifférents les principaux concernés. Très en colère, les commerçants ont investi le bloc administratif de la préfecture pour dénoncer ces déclarations du préfet.

Selon Sacko Keïta, une manifestante, « nous sommes là pour répondre au préfet. Le meeting qu’il a tenu hier, ce n’était pas responsable de sa part. Là où nous gagnons notre pain, ils nous privent de nos magasins qu’on a obtenus par notre propre sueur et ils les donnent à leurs préférés. Pour nous, le préfet allait laisser la justice faire son travail. Ce préfet est venu pour brûler Siguiri », soutient-elle.

Même son de cloche chez Hadja Saran Keïta. « Au mois de ramadan, nous sommes venus trouver le préfet, il nous a dit de nous calmer jusqu’à la fin du mois saint. Hier, il a dit que nous n’avons pas compris le droit et que le bail est fini dès après la démolition des magasins. Il est venu pour brûler la préfecture de Siguiri. Il va le faire », martèle la bonne femme.

Les yeux sont désormais tournés vers le tribunal de première instance de Siguiri qui devrait statuer sur ce différend dans les prochains jours.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com