La guerre de communication va crescendo entre les partisans d’une nouvelle nouvelle Constitution (qui permettrait au chef de l’Etat actuel de la Guinée à rester au pouvoir) et ceux qui exigent au président Alpha Condé de quitter Sékhoutouréya à la fin de son deuxième et dernier mandat, en 2020.

A l’occasion de son assemblée générale hebdomadaire de ce samedi, le parti présidentiel a accusé ceux qui soutiennent et défendent la Constitution guinéenne (le Front national pour la défense de la Constitution) de préparer un coup d’Etat avec des élements de l’Armée et un soutien étranger.

Mohamed Lamine Kamissoko, député à l'Assemblée nationale et membre du bureau politique national du RPG arc-en-ciel,
Mohamed Lamine Kamissoko

Selon Mohamed Lamine Kamissoko, député à l’Assemblée nationale et membre du bureau politique national du RPG arc-en-ciel, qui a présidé la réunion politique de ce 15 juin 2019, les opposants à un troisième mandat pour le président Alpha Condé « sont soutenus par une partie de l’Armée qui n’attend que ça dégénère pour prendre le pouvoir ». Ce responsable du parti présidentiel a aussi dénoncé des complices étrangers qui aideraient à faire tomber le régime Alpha Condé ! « Ils (les membres du FNDC, NDLR) sont soutenus par des étrangers qui sont parmi nous », a ajouté Mohamed Lamine Kamissoko…

A rappeler que le président Alpha Condé- accusé d’instrumentaliser des manifestations de soutien pour s’éterniser à la tête de la Guinée- ne s’est pas encore formellement déterminé sur le respect ou pas de la limitation de mandats par la Constitution actuelle. Plusieurs fois interrogé sur la question, le chef de l’Etat a dit suivre actuellement le « débat » entre ceux qui sont sont POUR et ceux qui sont CONTRE un changement de la Constitution.

Seulement, le débat est étouffé par le régime. Si les partisans du pouvoir organisent des manifestations de soutien à un changement de la Constitution à grands frais avec une forte médiatisation, ce n’est pas le cas chez les adversaires. Les Guinéens opposés à un pouvoir à vie du président actuel sont interdits des médias d’Etat et de toute forme de manifestation à Conakry et à l’intérieur du pays. Ils sont de plus en plus présentés comme des ennemis de la République, alors qu’ils défendent la Constitution ! Et, cette détermination des autorités à empêcher toute expression des adversaires conduit souvent à des violences. C’est le cas par exemple le jeudi dernier, 13 juin 2019, à N’zérékoré quand des agents de la sécurité venus empêcher une marche de l’antenne locale du FNDC se sont affrontés à ceux qui défendent la Constitution. Ce qui a occasionné la mort d’un citoyen, plusieurs blessés et d’importants dégâts matériels.

Cette grave accusation du parti présidentiel, par la voix de l’honorable Mohamed Lamine Kamissoko; changera-t-elle cette donne ?

Attendons de voir !

Ibrahima Sory Diallo est au siège du RPG arc-en-ciel pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin