Comme annoncé précédemment, le procès du célèbre artiste et homme politique guinéen Elie Kamano s’est ouvert dans l’après-midi de ce vendredi, 18 octobre 2019, au tribunal de première instance de Mafanco. Le procureur a réclamé 3 ans d’emprisonnement contre le reggae man opposé à un troisième mandat en Guinée, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Arrêté le lundi, 14 octobre 2019, en marge des manifestations appelées par le Front National pour la Défense de la Constitution contre le projet de troisième mandat du président Alpha Condé, Elie Kamano a comparu relaxe et serein devant le tribunal correctionnel de Mafanco. Même s’il ne nie pas être sorti ce jour-là dans la rue, l’artiste et homme politique a assuré n’avoir commis aucune infraction.

Le procureur de son côté a estimé qu’Elie Kamano et un autre prévenu avec lequel il a comparu sont effectivement coupables de participation délictueuse à une manifestation non autorisée. C’est pourquoi, il a demandé au tribunal de les retenir dans les liens de la culpabilité en les condamnant à 3 ans d’emprisonnement et au payement d’une amende d’un million de francs chacun.

« Ce jour, Elie Kamano, en tant qu’artiste et homme politique, était au-devant de la scène. Cela n’est pas un bon comportement d’un bon citoyen. Ce jour, il y avait des leaders qui peuvent mobiliser plus que lui, mais ils ne sont pas sortis. Et lui, en tant que meneur, il est sorti. C’est pourquoi il a été interpelle. Ses agissements tombent sous le coup des articles 627, 630 et 31 du code pénal guinéen. C’est pourquoi, je vous demande de retenir Elie Kamano et Ibrahima Keita dans les liens de la culpabilité en les condamnant a 3 ans d’emprisonnement ferme et un million d’amende », a requis le procureur.

Au moment cet article en ligne, les avocats de la défense sont en train de faire leurs plaidoiries.

Saïdou Hady Diallo est au tribunal de Mafanco pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin