Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, chef de file de l’opposition guinéenne

Comme indiqué précédemment, les membres de la communauté internationale ont publié un communiqué hier, mardi 05 novembre 2019, après l’attaque mortelle du cortège funèbre des 11 premières victimes des manifestations à Conakry contre un troisième mandat du président Alpha Condé. Mais, loin de rassurer ou apaiser, ce communiqué déçoit l’opinion publique guinéenne, notamment l’opposition qui rêvait d’une condamnation beaucoup « plus responsable face aux crimes »

Interrogé dans la matinée de ce mercredi par un reporter de Guineematin.com, le président de l’UFDG et chef de file de l’opposition guinéenne n’a pas caché sa déception. Cellou Dalein Diallo s’attendait à une réaction plus responsable de ces ambassadeurs et représentants des institutions internationales face à d’aussi graves crimes humains.

« La communauté internationale a déploré, elle n’a pas suffisamment condamné comme je l’aurais souhaité. Elle a invité au dialogue… Je pense que les crimes commis de manière récurrente dans notre pays méritaient d’un traitement beaucoup plus responsable de la communauté internationale. Parce que face à l’impunité qui est accordée aux criminels, je pense que la communauté internationale devrait se mobiliser davantage pour condamner quand même ces crimes et surtout l’impunité qui est accordée aux auteurs. La CEDEAO, aussi bien que l’Union africaine, devraient prendre leurs responsabilités face à cette situation qui prévaut aujourd’hui en Guinée. Les droits humains sont violés de manière récurrentes, des crimes d’Etat sont commis sans que jamais justice ne soit rendue aux victimes », a notamment dénoncé Cellou Dalein Diallo.

A suivre !

Interview réalisée par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin