Comme indiqué dans une de nos précédentes dépêches, le domicile du président de l’UFDG et chef de file de l’opposition guinéenne, Elhadj Cellou Dalein Diallo, a été bouclé par des camions et d’agents armés qui refusent tout accès à sa maison ce vendredi. Un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place s’est lui-même vu refuser l’entrée.

« J’ai tout fait ! J’ai expliqué au responsable des agents qui sont là que nous avons un rendez-vous avec le président de l’UFDG dans le cadre professionnel ; mais, ils ont refusé et m’ont demandé de m’éloigner des lieux », a indiqué notre reporter qui attend toujours une « permission » de la sécurité pour aller faire son travail…

Selon un cadre de l’UFDG, au moins trois proches de Cellou Dalein ont pu accéder à son domicile dans la matinée de vendredi, 18 octobre 2019. « Mais, quand on est sorti, ils ne nous ont plus laissés entrer. On apprend que c’est un officier qui est venu leur crier dessus avant d’ordonner qu’on ne laisse plus personne entrer ou sortir », a indiqué un cadre de l’UFDG.

A préciser qu’au-delà des rendez-vous officiels ou privés de la journée, le chef de file de l’opposition guinéenne est attendu au QG de son parti pour présider une réunion du bureau politique national cet après-midi, avant l’assemblée générale hebdomadaire de demain, samedi…

Depuis le lundi dernier, le FNDC (une coalition de la société civile et des partis politiques de l’opposition) a lancé une série de manifestations à Conakry et à l’intérieur du pays pour contraindre le président Alpha Condé à renoncer à son projet de nouvelle constitution qui est synonyme d’un troisième mandat. Ces manifestations ont déjà fait au moins dix morts (dont deux à Mamou), plusieurs blessés et de nombreuses arrestations dont les principaux leaders du front national pour la défense de la Constitution.

Malgré tout, le président Alpha Condé continue d’entretenir le doute sur ses intentions et déploie ses efforts à créer la confusion entre ces manifestations citoyennes pour la défense de la loi fondamentale du pays et les manifestations politiques qui ont jonché sa gouvernance. Les confinements des opposants (Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré), ainsi que des campagnes distillées dans les médias d’Etat et certains privés sont utilisés à cet effet.

A suivre !

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin