Le meurtre de l’étudiant, Boukariou Baldé, battu à mort par des policiers à l’université de Labé, continue de susciter de l’indignation. Après le communiqué publié par sa formation politique, Cellou Dalein Diallo a évoqué personnellement le sujet à l’occasion de l’assemblée générale de l’’UFDG, ce samedi, 08 juin 2019, à Conakry. L’opposant a fustigé le comportement des forces de l’ordre pointant du doigt l’impunité qui, selon lui, encourage la répétition de ce genre de crimes dans notre pays, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

« Les forces de l’ordre ont fait, la semaine dernière encore, une victime, en la personne de Boukariou Baldé, étudiant à l’université de Labé. Il a été la énième victime des forces de l’ordre. Nous avons, à travers un communiqué de la direction nationale du parti, exprimé notre indignation et marqué notre solidarité et notre soutien à sa famille. Nous ne cesserons jamais de dénoncer les crimes commis par ceux-là qui sont chargés d’assurer la sécurité des citoyens guinéens.

Malheureusement, comme vous le savez, ils jouissent toujours d’une impunité totale. Ceux qui sont décédés ici à l’occasion de nos manifestations, les 103 victimes dont on a parlé, celui qui est décédé à la suite des violences des forces de l’ordre à Mandiana il y a un an, il n’y a jamais eu de suite. C’est cette impunité qui encourage la récidive. Et nous avons le devoir de la dénoncer et de la combattre », a dit le chef de file de l’opposition guinéenne.

En plus de la lutte contre l’impunité, Cellou Dalein Diallo rappelle à ses militants qu’ils ont trois défis essentiels à relever aujourd’hui : « nous avons l’installation des conseils et des chefs de quartiers, nous avons l’installation des conseils régionaux et nous avons la question du 3ème mandat. Ce n’est pas une revendication de l’UFDG. C’est la loi qui a prévu que 15 jours après l’installation des maires et leurs adjoints, qu’on installe les conseils des quartiers et les chefs des quartiers. Nous avons les conseils régionaux qui devraient être mis en place 60 jours après l’installation des maires et leurs adjoints. Mais comme ils ont fait le calcul, ils ont dit que l’UFDG va prendre la majorité des conseils régionaux, on n’applique pas la loi. On s’en fou de la loi.

Or, les lois ont précisé les règles et les procédures à suivre pour les installer. Mais Alpha condé a fait le bilan il s’est rendu compte qu’il perd tous les quartiers qu’il contrôle actuellement et que l’UFDG en particulier prend de la force en contrôlant 78 quartiers sur 128 à Conakry. Il dit que ce n’est pas faisable. La loi ne sera pas appliquée…Lorsque l’application de la loi dessert les intérêts du parti au pouvoir, comme il a le pouvoir, il décide de ne pas appliquer. Mais, nous avons le devoir de demander et d’exiger l’application des lois de la République », a martelé l’opposant.

En ce qui concerne le projet de troisième mandat d’Alpha Condé, le président de l’UFDG indique que le pouvoir n’a aucune base légale lui permettant de le mener à bien. « Ils n’ont aucun moyen juridique de s’octroyer un 3ème mandat. La constitution a verrouillé les dispositions relatives au nombre et à la durée du mandat en disant que ces dispositions ne peuvent pas faire l’objet de révision. Ils n’ont aucun moyen juridiquement valable de sortir. Mais comme il a pris le goût du pouvoir et il ne veut pas lâcher, et le clan autour de lui qui s’accapare des richesses du pays ne veut pas arrêter sa forfaiture, ils veulent le maintenir au pouvoir par la force.

Ils savent qu’ils n’ont pas raison. La communauté internationale est convaincue que ce n’est pas utile et que c’est dangereux. Les Guinéens n’en veulent pas. Donc il faut qu’on se batte contre l’assassinat programmé de notre jeune démocratie. Alpha Condé et ses troupes veulent assassiner notre démocratie », a insisté Cellou Dalein Diallo.

Il a réitéré, enfin, son appel aux forces de défense et de sécurité à qui il demande de rester aux côtés du peuple pour défendre la constitution au lieu de défendre un homme ou un régime.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin