Comme annoncé précédemment, le Front National pour la Défense de la Constitution s’est résolu à reporter les funérailles des personnes tuées en marge de ses manifestations des 14, 15 et 16 octobre 2019, à Conakry. Les obsèques qui étaient prévues ce mercredi, 30 octobre, sont renvoyées à demain, jeudi. Une décision due au refus du gouvernement de rendre les corps des victimes à leurs familles. Si les autorités invoquent les autopsies en cours pour justifier ce refus, l’opposant Sidya Touré, lui, dénonce une déshumanisation de la vie politique guinéenne, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

« Je n’ai réellement pas de mots pour exprimer ma déception et surtout ce que nous observons ce matin. On ne peut pas déshumaniser la politique guinéenne à ce point-là. Un enterrement chez nous, dans notre culture, c’est quelque chose de sacré, c’est notre dernière demeure à tous. Ces jeunes gens et enfants ont été tués dans des conditions abominables. Le fait de leur rendre hommage aujourd’hui et de les enterrer correctement, même quand on est membre de ce gouvernement on peut avoir un peu d’humanité et se dire qu’on ne peut pas faire ça.

Les parents sont là, nous sommes tous venus, il n’y a aucune contestation : enlever les corps et aller les enterrer. Nous sommes arrivés à un tel degré dans ce pays que vous constatez tous comment est-ce que ces parents qui sont là, depuis 14 jours quelque fois depuis que leurs enfants sont morts, n’arrivent pas à récupérer les corps pour les enterrer. Il n’y a pas de possibilité d’accepter un tel comportement », a dit le président de l’UFR.

Selon l’opposant, ce refus du gouvernement de rendre les corps des victimes aujourd’hui est motivée tout simplement par la réception que le pouvoir compte réserver au président Alpha Condé, qui rentre demain d’un séjour à l’étranger. « Je dois avouer que c’est simplement parce que demain on veut faire un montage pour recevoir Alpha Condé avec des militaires habillés en civil, avec des milliards de francs guinéens distribués partout dans les quartiers. Mais ce qui se passe aujourd’hui n’est pas une manifestation du FNDC, c’est un enterrement, il faut avoir un peu de respect. Mais, on a l’impression que ce pays ne respecte rien. En tout cas quand il s’agit de ce gouvernement, tout est possible.

Alors, nous nous préparons à une telle éventualité. Et je dois dire à tout un chacun, nous restons vigilants par rapport à cela. Moi, je suis venu pour représenter les partis politiques, mais il y a ici le responsable du FNDC qui normalement dirige la délégation, il va en tirer les conséquences et dans les heures à venir, nous allons publier un communiqué. (…) Les informations qu’on nous a données, c’est qu’hier à 17 heures, les corps étaient là, tout était prêt. On nous avait dit que la seule chose qui restait c’était les rapports d’autopsie à signer et que cela pouvait être signé à n’importe quel moment. Donc ce qui se passe aujourd’hui relève de la décision politique pure, voilà ce que nous déplorons », a-t-il conclu.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin